Geghard

Le monastère rupestre de Geghard représente l’architecture arménienne médiévale à son apogée. Exceptionnellement bien conservé, il s’élève à l’entrée de la vallée de l’Azat, au pied d’un chaos de roches d’une beauté sauvage.

La tradition attribue à Grégoire l’Illuminateur la fondation du monastère originel (IVe siècle), détruit par les Arabes après le Xe siècle.

Reconstruit à partir du XIIIe siècle, il prit le nom de Sainte-Lance (Sourb Geghard) car il abritait la relique de la lance ayant percé le corps du Christ. Celle-ci se trouve actuellement à Etchmiadzin (au musée de la Cathédrale).

«... C'est à l'extérieur de l'enclos, en arrivant sur le site, qu'on est happé par la vision de cette chapelle, dont l'architecture précaire s'imbrique intimement à la falaise et à la roche, mettant d'emblée en évidence ce dialogue incessant entre la pierre et les signes des hommes, qui fait le trait distinctif de Geghard. Même si le monastère est de grande ampleur et les bâtiments complexes dans leur organisation, ce qui prévaut ici c'est la tranquillité, l'accord intime de la pierre et de l'homme.»

«Rémy Prin - Parole et Patrimoine»