Horomos

Fondation royale et mausolée bagratide du Xe au XIe siècles, le complexe monastique arménien de Horomos est réparti sur deux sites dans la province de Kars en Turquie, aux environs des ruines d’Ani, sur la rive droite de l’Akhourian.

Autrefois somptueux édifice, Horomos était connu pour être l’un des centres culturel et religieux les plus importants du royaume d’Ani, l’ancienne capitale arménienne qui atteignit son apogée au Xe siècle sous le règne du roi Achot III.

Après l’invasion des Seldjoukides en 982, l’édifice fut restauré et devint un lieu important d’inhumation pendant la période Zakharide. Le monastère est alors doté d’une bibliothèque et d’un scriptorium. Les dernières inscriptions datant de la période médiévale remontent à 1336. À partir de cette date et jusqu’à la fin du XVIIe siècle, son histoire reste inconnue. Plusieurs rénovations furent ensuite menées au XIXe siècle et le monastère continua d’être actif jusqu’en 1920, année d’intégration de la région à la Turquie. Depuis, plusieurs campagnes de restauration ont été envisagées pour conserver ce patrimoine exceptionnel et précieux de l’architecture arménienne.