Bdjni

Bdjni est un village dans la région de Kotayk en Arménie, situé dans une vallée entres les gorges et une petite rivière. Le village est l’un des centres principaux d’éducation et de culture de l’ancienne Arménie médiévale. C’est le lieu de naissance du savant Grigor Magistros qui a vécu au 11e siècle. La région de Kotayk est située dans la partie centrale du pays. La communauté urbaine municipale de la région est Hrazdan, la plus grande ville est Abovian. Elle prend son nom du canton de Kotayk de la région historique d’Ayrarat de l’ancienne Arménie. La région est célèbre par ses monuments et attractions touristiques y compris le temple de Garni du 1er siècle, la forteresse médiévale de Bdjni, le monastère de Ketcharis du 11e siècle et le monastère de Geghard du 13e siècle. Les stations des sports d’hiver populaires, la ville thermale de Tsakhkadzor et la station de montagnes d’Aghveran se trouvent aussi en Kotayk.

Depuis l’âge du bronze, les traces humaines sont repérées sur ce territoire mais l’existence de Bdjni depuis le 5e siècle est incroyable. Le village commence à s’épanouir dans la seconde moitié du 10e siècle quand les Bagratouni le passe à la famille Pahlavouni comme un fief. Vasak Pahlavouni reconstruit l’ancienne citadelle et y établit sa résidence. Son fils Grigor fait construire l’église de la Sainte Mère-de-Dieu. Après les dévastations byzantines et turques (11e – 12e siècles), Bdjni connaît un deuxième boom économique et culturel. A cette époque, le roi Hovhannes-Smbat décide de faire de ces terres une habitation épiscopale. En 1066 l’élection du patriarche a lieu à Bdjni. Au début du 13e siècle, cette terre est transmise à la famille Zakarian. Un siècle après, dans les années 1387-88, le conquérant turco-mongol Lenk Temur détruit le village de Bdjni. Le voyageur français Jean Chardin a visité le village en 1673 et en 1770 il a été visité par Turenfor. Les restes de la forteresse de Bdjni datant des 9e et 10e siècles se trouvent au sommet et sur les côtés d’une mesa qui divise le village en deux parties. La plus grande partie du village s’étend à l’ouest de la mesa et se poursuit jusqu’au sud tandis qu’une petite partie se trouve à l’est. Les murs de la forteresse ne peuvent être révélés que par le côté ouest du village. Le moyen le plus facile d’atteindre la forteresse est par un chemin de terre qui se divise et mène au flanc de la colline. Au sommet du plateau, il y a quelques parties des murs encore préservées, des traces qui témoignent de l’existence des fondations, la fondation en pierre d’un bâtiment qui date du 5e siècle, un édifice médiéval qui demeure encore, deux citernes, l’une avec une voûte encore partiellement intacte, et un passage couvert qui mène à la rivière. Bdjni abrite également autres églises dont la plus grande est Sainte-Astvatsatsin, construite en 1031 et située dans le village, à l’ouest de la mesa. La petite église de Saint-Guévorg du 13e siècle se trouve au sud de l’église Sainte-Astvatsatsin. Quelques beaux khatchkars (pierres en croix) sont construits dans les murs de l’édifice. Dans la partie est du village, sur un promontoire, près d’un cimetière moderne se trouve l’église du 7e siècle Saint-Sarkis qui y est la plus petite. Trois autres chapelles/sanctuaires peuvent être découverts à proximité, l’un d’entre eux se trouve entre la forteresse et le village, construit de très grandes pierres. La célèbre eau minérale gazeuse y est embouteillée et vendue à travers le pays. Le village est une destination touristique populaire et nous ferons de votre voyage en Arménie un rêve.