Etchmiadzin

Etchmiadzin, ''le Vatican arménien'' est le centre de l'église apostolique arménienne ainsi que le siège du catholicos arménien.

L’Arménie est un pays de forte aura spirituelle, qui a toujours été l’axe de la force de l'État, le symbole de justice et de prospérité. L'un des lieux sacrés les plus importants pour les Arméniens est l'ancienne ville d'Etchmiadzin, vieille de près de deux mille ans, située dans la pittoresque vallée d'Ararat, à environ 20 km à l'ouest d'Erevan. La ville historique provient de l'ancien village de Vardkesavan, construit au 2e siècle av. J.-C. Plus tard, au début du 2e siècle de notre ère, le roi de Grande Arménie, Vagharchak 1er (117-140), a construit à sa place une capitale et l’a nommée Vagharchapat.

L'Arménie a été le premier pays au monde ayant adopté le christianisme comme religion d'État en 301. Dès lors, la ville d’Etchmiadzin est devenue le cœur culturel et spirituel du pays. Selon une légende ancienne, saint Grégoire l'Illuminateur, le premier chrétien de tous les Arméniens, a eu une vision prophétique sur cet endroit: Jésus-Christ est descendu du ciel et a pointé son marteau d'or vers l'endroit où l'église devrait être construite. Ainsi, en 301 le roi Tiridates III a construit sur cette place l'église-mère de Saint-Etchmiadzin, qui se traduit en arménien ''le fils unique est descendu''. C'est l'une des plus anciennes églises du monde. Plus tard, en 1945, la ville a également été nommée Etchmiadzin.

Au cours des siècles de nouvelles églises ont été construites sur le même endroit: l'église Sainte-Hripsimé en 618, l'église Sainte-Gayané en 630, l'église Sainte-Choghakat en 1634.

Selon une légende, l'empereur romain Dioclétien voulait épouser la vierge chrétienne Hripsimé. Hripsimé a refusé et pour éviter sa persécution elle s’est fuie en Arménie avec d'autres vierges et l'abbesse Gayané. L'empereur romain a continué dans le même esprit en envoyant une lettre au roi Tiridates III et en lui demandant de trouver les vierges, de les martyriser et de renvoyer Hripsimé. Il n’est pas surprenant que le roi arménien ait également été séduit par sa beauté. Il a voulu lui-même prendre pour femme Hripsimé mais il a reçu son refus. En colère, Tirdates a ordonné de martyriser les autres jeunes filles. D’après les on-dits, plus tard Tiridates III tombe amoureux de Gayané.

Après cela, Tiridates qui était gravement malade a abandonné ses pensées. La sœur du roi, Khosrovadukht, a fait plusieurs fois le même rêve, expliquant que le roi ne pouvait être guéri que par Grégoire qui était emprisonné dans le cachot. Les soldats ont été envoyés à Artachat pour voir si Grégoire était encore vivant, bien qu'il ait semblé absolument incroyable qu'il reste en vie après avoir été emprisonné pendant treize ans. À leur grande surprise, Grégoire était vivant. Il a été emmené dans la capitale de Vagharchapat, où il a accordé l'absolution au roi Tiridates. Une fois guéri par Grégoire l’Illuminateur, Tiridates s’est converti au christianisme.

Ainsi Tiridates a construit l’église d’Echmiadzin et a donné la permission à son peuple de se convertir eux aussi au christianisme.

La légende raconte que les églises Sainte-Hripsimé, Sainte-Gayané et Sainte-Choghakat ont été construites dans les lieux où elles ont été martyrisées. Suite à la décision de l'église arménienne, Hripsimé et Gayané ont été canonisées.

Aujourd'hui, Echmiadzin est le centre de l'église apostolique arménienne et la résidence du catholicos arménien. En 1992, la ville a officiellement reçu l'ancien nom de Vagharchapat, mais la majorité emploie toujours le nom précédent. En 2000, la cathédrale de Saint-Echmiadzin a été inscrite à la liste du patrimoine mondial de l'Unesco.

Les dimanches et les jours de fêtes religieuses, de nombreuses personnes visitent la cathédrale d'Echmiadzin, où elles reçoivent à la fin de la messe le pain du Seigneur "Nchkharh" lors de la communion.

Tous les sept ans, l'huile d'onction, à la base d'huile d'olive et de 40 types de fleurs, est bouillie et consacrée à Etchmiadzin. La préparation du Myron utilisé lors des baptêmes et des ordinations reste l’une des cérémonies les plus importantes de l’église arménienne.