Garni

L'exploration du temple de Garni est un incontournable si vous visitez l'Arménie. S'élèvant dans une belle région, il est consideré comme "l'Acropole d'Arménie". Garni est également une destination importante du côté historique, c'est un site culturel, architectural et hellénistique en même temps. Le temple est situé sur la rive droite de la rivière Azat, dans la région de Kotayk, à environ 28 km de la capitale, Erevan. Garni est le seul monument hellénistique d'Arménie, les autres ont été démolis. Les églises chrétiennes d’aujourd’hui sont construites sur les temples hellénistiques. Ce temple a été une colonnade gréco-romaine du premier siècle. Dans les alentours sont conservés les remparts de ville et d'autres bâtiments construits par le roi Tiridates I (77 après J.-C.). Le temple a 24 piliers qui symbolisent les 24 heures du jour. La façade est ornée de têtes de lion, c’est un bâtiment basaltique.

Après l’adoption du christianisme en Arménie, le temple a été transformé en résidence estivale royale. Il a été détruit par un tremblement de terre au 17e siècle et restauré au 20e siècle. Lors des recherches archéologiques, une colonie datant de l’âge du bronze avec des habitations et de nombreux objets ont été découverts. Durant la période urartienne (8e-6esiècle avant J.-C.), les murs de la forteresse ont été renforcés et le prototype du temple du premier siècle a été érigé. Sur une colline inférieure, des constructions datant des 3e et 4e siècles ont été découvertes. Elles ont été utilisées comme des abris pour la garnison royale. La garnison devrait protéger la famille royale et assurer leur sécurité. Des khachkars (croix de pierres) ont également été explorés dans cette région lors des fouilles. La pierre de dragon de l’âge du bronze surtout mérite l’intérêt. Le culte des dragons était caractéristique de l'Arménie préchrétienne. Les cerfs-volants, généralement constitués d'une seule pièce de pierre, avaient la forme d'un poisson et étaient placés sur l'eau. Au cours de la période chrétienne, la plupart des pierres de dragon ont été détruites ou utilisées dans la construction des églises. Le temple païen de Garni était dédié à Mithra, dieu du soleil. C’était une déité iranienne qui était également vénérée en Arménie préchrétienne sous le nom de Mher. Mithra est l'équivalent du mot grec "Helios", qui signifie "soleil" ou "dieu du soleil". Dans diverses sources historiques, le temple est appelé "Temple d'Hélios". Le temple représente un portique gréco-romain avec des colonnes. Neuf larges escaliers mènent à l'entrée du temple. L'inscription en arabe à l'entrée de la prière parle de la conquête de la forteresse et la transformation du temple en mosquée. Autrefois les Arméniens vivaient conformément aux règles de la nature. La prévision du dégel printanier et des pluies d'été était plus que miracle. Cela a eu une importance immense pour la survie de la culture. Perfectionnée par les pythagoriciens dans la Grèce antique, la géométrie sacrée était utilisée pour construire les bâtiments autour du Proche-Orient et de Rome. Ce temple est le reflet de la géométrie sacrée. L’idée générale de la géométrie sacrée était de réunir l’humanité avec le tout cosmique. Les nombres sacrés portaient des significations symboliques. Le temple de Garni est l'une des destinations touristiques les plus populaires d'Arménie. La belle région et la riche histoire rendent cet endroit plus attrayant et intéressant. Dans les environs de Garni, vous pourrez également dévoiler le monastère de Geghard, inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco. Par conséquent, les habitants se réfèrent à Garni et Geghard, comme un lieu incomparable et unique.