Gyumri

Gyumri - art, culture et tradition, hospitalité, humour et joie de vivre sans retenue – tout cela sous un même toit. Gyumri est la deuxième plus grande ville d'Arménie (après Erevan) et le centre administratif de la région de Shirak, au nord-ouest du pays. Gyumri a d'abord été connu sous le nom de Koumayri et ne s’est épanouie qu'au 19e siècle : en 1837, la ville a été renommée Alexandropol sous le régime tsariste russe et en 1924, à l'époque soviétique, Leninakan. Après l'indépendance de l'Arménie en 1991, la ville a repris le nom de Gyumri.

La ville a beaucoup souffert du terrible tremblement de terre de 1988. Mais la ville s’est mise au pied avec courage. Les fouilles archéologiques effectuées pendant l'ère soviétique ont montré que la région actuelle de Gyumri a été habitée depuis le 3e millénaire avant notre ère. En l'an 331 avant J.-C., la région entière a été intégrée à la province d'Ayrarat de l'ancien royaume arménien faisant partie du canton de Shirak. En 190 avant notre ère Koumayri était sous le règne de la dynastie arménienne des Artaxiades. Au 1er siècle de notre ère, Chirak a été attribué à la famille Kamsarakan, qui a dirigé Koumayri pendant l’empire des Artaxiades. Koumayri était un habitat urbain important et assez développé au Moyen Age. Alexandropol est devenu rapidement l'un des principaux centres des troupes russes lors de la guerre russo-turque de 1877-78. Après la fondation de la station en 1899, Alexandropol a connu une croissance importante et est devenu la plus grande ville de l'est de l'Arménie. À la fin du 19e siècle, il y avait 430 magasins à Alexandropol, ainsi que plusieurs ateliers et centres culturels. Le 28 mai 1918, la République d'Arménie nouvellement formée a annoncé qu’elle intégrait également la ville d'Alexandropol. Sous le régime soviétique, le nom de la ville a été changé en Leninakan en 1924 après le décès du dirigeant soviétique Vladimir Lénine. La ville a subi un tremblement de terre en 1926 pendant lequel plusieurs de ses bâtiments importants ont été détruits. Leninakan est devenu un important centre industriel de la République Socialiste Soviétique Arménienne et la deuxième grande ville après la capitale Erevan. La ville a été gravement endommagée lors du tremblement de terre en Arménie en 1988, qui a dévasté de nombreuses régions du pays. Le séisme a eu des effets catastrophiques sur la ville, car de nombreux bâtiments ne sont toujours pas restitués. Selon certaines nouvelles, environ 4 000 et 5 000 habitants de Gyumri sont devenus sans-abri. Gyumri est situé à 126 kilomètres du nord de la capitale Erevan, dans la partie centrale du plateau de Shirak. La rivière d'Akhourian traverse la partie ouest. Le plateau de Shirak est entouré de montagnes de Pambak à l'est et par la région volcanique d'Aragats au sud. La ville de Gyumri se situe à 196 kilomètres de la mer Noire. Les terres environnantes à proximité de la ville sont riches en tuf, en basalte et en argile. Gyumri a un climat continental humide caractérisé par des hivers froids et neigeux et des étés chauds. La majorité de la population de Gyumri appartient à l'Église Apostolique arménienne. La cathédrale de la Sainte-Mère de Gyumri, également connue sous le nom de Cathédrale des Sept Blessures, est le siège du diocèse de Shirak de l'église arménienne. La ville de Gyumri abrite de nombreux musées bien connus en Arménie, notamment les maisons-musées du sculpteur Sergueï Merkurov, des poètes Avetik Isahakyan et Hovhannes Shiraz et de l'acteur Mher Mkrtchyan. La maison-musée des sœurs Aslamazyan, construite dans les années 1880, abrite plus de 700 tableaux, de peintures et d'autres œuvres des artistes soviétiques "des sœurs Aslamazyan". Le Musée des Mœurs et des Coutumes et de l'Architecture Nationale de Dzitoghtsonts de Gyumri est un ancien manoir abritant des collections de l'histoire et de la vie quotidienne de Gyumri, ainsi que des peintures et autres œuvres d'art. Au fil des siècles, Koumayri-Gyumri a été surnommée la "Ville de l'artisanat", célèbre pour ses écoles, ses théâtres et ses gusans (artistes créateurs et interprètes - chanteurs, instrumentistes, danseurs, conteurs et acteurs folkloriques professionnels de l'Arménie médiévale). En 1923, le premier théâtre d'opéra arménien a été ouvert à Gyumri. La première imprimerie de Gyumri a été fondée en 1876 par G. Sanoyan et a fonctionné jusqu'en 1918. Gyumri est la patrie de la Biennale de Gyumri. Gyumri a été officiellement déclarée comme la capitale culturelle de la Communauté des États indépendants (CEI) en 2013. La ville de Gyumri apporte une grande contribution à la musique folklorique arménienne. La ville a donné de nombreux musiciens célèbres au pays. Gyumri possède de nombreuses curiosités uniques, telles que le quartier historique de Koumayri, la vieille partie de Gyumri avec son architecture unique, Sev Berd (la forteresse noire) qui est une forteresse impériale russe abandonnée à Gyumri, le parc central de Gyumri, la statue monumentale de la Mère-Armenie, la place de Vardanants qui est la place centrale de la ville, la place de l'Indépendance, la place Aznavour et celle de Njdeh. Il y a beaucoup à dire sur cette ville historique qui attire chaque année de nombreux touristes.