Hayravank

Le monastère de Hayravank (également appelé Ayrivank, Hayrivank, etc.) est situé dans la région de Gegharkunik, sur les rives du lac Sevan, non loin du village de Hayravan. Il date des 9e -12e siècles. Le monastère est composé de trois bâtiments principaux : l'église, la chapelle et le gavit. L'église principale, appelée Saint Stepanos, a la forme d'une croix carrée. Elle a été construite au 9e siècle. La chapelle a été ajoutée au 10e siècle. Le gavit était la dernière pièce du monastère, construit au 12e siècle, achevant ainsi la construction de tout le monastère. Au cours des années, le dôme de l'église principale a été presque complètement détruit. Grâce aux travaux de restauration, l'église a fonctionné à nouveau. Les murs extérieurs sont recouverts de maçonnerie, ce qui rend différent le design des murs intérieurs.

Le gavit a deux portails vers les murs ouest et sud de l’église principale. Le dôme porte les premiers modèles les plus anciens de maçonnerie avec des tufs rouge et gris. Ce style a ensuite été adopté par la majorité des églises arméniennes. La plus ancienne inscription du monastère date de 1211 et raconte les premiers travaux de la restauration de l'église. L'aspect le plus récent du monastère, préservé jusqu'à nos jours, est resté depuis les restaurations des années 1980. L’église a deux entrées vers les murs sud et ouest du bâtiment. Au début, il n'y avait que l'entrée du sud, l'entrée de l’ouest a été ajoutée beaucoup plus tard. L'intérieur de l'église est assez simple, mais très excitant lorsque le soleil pénètre par les fenêtres étroites de l'église. Les rayons du soleil envahissent tout l’intérieur et créent une sensation de sainteté captivante pour chaque visiteur. Etant l’une des plus anciennes des églises arméniennes, le nom du monastère de Hayravank est associé à une légende. Cette fois, les Arméniens ont combattu contre le célèbre souverain turc, Timur, qui a conquis l’Arménie à cette époque. En s'approchant du monastère, il n’a laissé que des cadavres et des ruines. Le prêtre qui a servi dans le monastère n'a pas pu le supporter et s'est jeté de la falaise au lac Sevan. Mais il n'est pas mort. Par contre, il a couru sur la surface de l'eau. Timur a été choqué par cet événement et, respectant un tel acte divin, il a promis de ne réaliser que le souhait du prêtre. Le prêtre a demandé à Timur de ne pas harceler les villageois et de les laisser entrer à l'église. L'église était très petite. Timur a accepté, persuadé que le prêtre ne pourrait pas sauver autant de personnes. Alors les gens ont commencé à entrer dans l'église. Au bout d'un moment, personne n'était plus dehors. Timur s'est mis en colère en pensant que le prêtre le trompait. Il s'est précipité dans l'église et a vu que l'intérieur est complètement vide. Il a remarqué également comment le prêtre avait transformé la dernière personne en une colombe qui avait volé par la fenêtre de l'église. Le prêtre s'appelait Hovhan et l'église était baptisé Hovhanavank, plus tard Hayravank ("Hayr" signifie "père"). Il est intéressant que la légende a été écrite par Sa Sainteté Ghazar de Jahkk. D'après lui, le prêtre a transformé ses gens en colombes à l'aide d'une relique de la croix du Christ qui a ensuite été transportée au monastère de Sevanavank. Une autre légende explique le nom alternatif de l'église, Ayrivank ("Ayr" signifiant "caverne"). La forteresse blanche se trouve à 1 km du monastère Hayravank. Malgré la distance, un tunnel souterrain reliait ces deux bâtiments. En tant qu'église arménienne typique, le monastère de Hayravank possède beaucoup de belles pierres de croix. Ces pierres de croix s’élèvent avec les pierres tombales du petit cimetière. Le monastère de Hayravank est plus proche du lac et crée ainsi une atmosphère magique et un lien fort avec le lac bien-aimé de tous les Arméniens.