Metsamor

Cette ville fortifiée se trouve au milieu de la plaine d’Ararat entre les villes d’Etchmiadzin et d’Armavir. C’est l’une des anciennes habitations du plateau arménien. Les fouilles archéologiques commencées en 1965 ont révélé les différentes couches de population: la plus ancienne remonte au néolithique, suivie de trois couches datant de l’âge du bronze, deux couches appartenant à l’âge du fer (préurartien, urartien), l’une date de l’Antiquité et une autre, du Moyen Age. Déjà au début de l’âge du bronze (3e-2e siècles avant Jésus-Christ), Metsamor était un berceau de la civilisation. La ville atteint son apogée à cette époque étant un producteur important du cuivre et probablement du bronze aussi. L’un des premiers centres métallurgiques se trouve ici. Les objets de culte et de la vie quotidienne qui servaient d'objets funéraires montrent clairement que la société était déjà hiérarchisée à l'âge du bronze.

Des pièces de monnaie du monde entier découvertes ici, une pierre avec le poids d’une agate en forme de grenouille qui appartenait à un Babylonien (16e siècle avant Jésus-Christ), un sceau de cornaline d’Egypte portant une inscription hiéroglyphique (15e siècle avant Jésus-Christ) prouvent que Metsamor se trouvait autrefois au carrefour de différentes grandes routes commerciales. Aujourd’hui, environ 2200 objets sont exposés au musée de Metsamor, près du site archéologique. Ce site archéologique de l’ancien Metsamor se trouve à environ 4 km au sud-est de la ville, près du village de Taronik. Actuellement, la ville de Metsamor a un centre culturel, une bibliothèque publique et une école de musique. Le nom de la ville provient de la rivière du même nom se trouvant à proximité. Il se compose de 2 mots arméniens: ''mets'' (qui signifie grand) et ''mor'' (qui signifie mère). Le nom fait probablement référence à la Vierge Marie comme la mère de Dieu. La construction de l’habitation de Metsamor a débuté en 1969 dans la région de Hoktemberyan de la République socialiste soviétique arménienne. Elle a été fondée surtout comme une résidence pour les employés de la centrale nucléaire de Metsamor. Apres l’indépendance de l’Arménie en 1991, Metsamor a conservé son statut de l’habitation municipale dans la nouvelle région d’Armavir, suite à des réformes administratives de 1995. La construction de la centrale nucléaire a commencé en 1969. Toutefois, elle a été fermée temporairement en 1989 après le séisme de 1988 en Arménie pour des raisons de sécurité. Plus tard, des blocus de l’économie et du transport ont obligé l’usine de rouvrir à cause des pénuries d’énergie dans le pays. L’usine a été modernisée et rénovée entre 2003 et 2015. Ici, la Pierre du dragon est particulièrement intéressante. Les Pierres du dragon font partie des monuments les plus importants de la préhistoire arménienne. Ce sont des pierres en forme de poisson, parfois sculptées d’un œil de poisson. On les construisait le plus souvent près des lacs naturels et artificiels. Un grand nombre de ces pierres ont été retrouvés sur la rive nord du lac Sevan. Les astroarchéologues ont trouvé aussi beaucoup de preuves sur les orientations astronomiques. Et les découvertes de ces dernières années ont permis de conclure que l’Observatoire de Metsamor n’est pas un phénomène aléatoire dans l’histoire d’une culture mystérieuse mais la preuve de l’existence d’une école astronomique développée dont les performances paraissent fantastiques. Près de Metsamor se trouve également la ville de Sardarapat. Elle a été construite en mémoire des héros de la bataille de Sardarapat en 1918. Elle se trouve à 25 kilomètres d’Etchmiadzin. Le parc commémoratif a été construit en 1968 à l’endroit du champ de bataille. L’entrée est encadrée par deux grands bœufs ailés en tuf rouge. Un escalier conduit à une place où s’élève un clocher de 26 mètres de hauteur. Metsamor et ses villes voisines sont des destinations touristiques intéressantes en Arménie.