Karahunj

Le site mégalithique de Karahunj est situé sur le plateau accidenté près de la ville de Sisian. Selon certains archéologues, c’est l'un des plus anciens observatoires au monde.

Également connu sous le nom de pierres Zorats, le Karahunj est un immense complexe comprenant des structures mégalithiques gigantesques et uniques comme des tombes et plus de 220 menhirs (de hautes pierres) datant de l’âge du bronze. En 2004, à la suite de la décision prise par le gouvernement arménien le site archéologique a officiellement pris le nom d’observatoire de Karahunj.

Aucun accord n'a encore été conclu sur la datation de l’observatoire. Karahunj a une histoire de 7500 ans. Il est indéniable que le complexe et sa structure ressemblent beaucoup aux monuments existant en Islande, en Irlande, en Écosse, en France, etc. Le plus célèbre d'entre eux est le Stonehenge au Royaume-Uni. Beaucoup d'historiens pensent qu'il existe un lien étroit entre les monuments arméniens et britanniques. Il convient de garder à l’esprit la datation relative des deux monuments: le Karahunj arménien remonte à 7500 ans, tandis que le Stonehenge britannique n’a que 4000 ans.

En outre, lors de l’étude de l’étymologie du toponyme Stonehenge la signification du mot "Henge" n’a pas été révélée. Dans le mot Karahunj "kar" signifie "pierre" et en ce qui concerne la deuxième partie du mot, "hunj" on suppose que c’est la variante remplacée de "pounj" ce qui signifie "un bouquet". Dans ce contexte, Karahunj signifie "un bouquet de pierres" en arménien.

Le site comprend une superficie de 7 hectares. Les tombes sont à l'ouest, tandis qu'à l'est se trouvent les menhirs qui forment un cercle avec des rangées ou des "allées" de pierres qui s'étendent au nord, à l'est et à l'ouest. Il y a une énorme fosse commune à l'ouest du cercle central de Menhir. Les 223 pierres dressées, d'une longueur de 250 mètres, traversent le cercle, tandis qu'à l'ouest de l'ovale central, il y a plus de 200 tombes en forme de caisse. Ces pierres debout et couchées sont divisées en l'anneau central, la corde, l'avenue centrale, le côté nord, le côté sud et la voie nord-est.

Beaucoup de pierres contiennent des trous d'un diamètre de 4 à 5 centimètres. Les angles de ces trous ne sont pas identiques. Ils sont particulièrement axés sur l'horizon.

Certains archéologues pensent que les pierres et les grâces datent de la même époque, tandis que d'autres supposent que les pierres ont précédé les tombes. Les trouvailles dans les tombes datent du début de l'âge du bronze, les tombes datent du début du Moyen Age (2000-1800 av. J.-C.).

La pierre angulaire du complexe date des temps anciens. On croit que l’une des pierres a un périscope sculpté et est utilisée pour observer les étoiles directement au-dessus du complexe.

L'hypothèse des archéologues de l'Institut d'archéologie du Proche-Orient de l'Université de Munich est bien plus sobre que la conviction des adeptes d'une astronomie mégalithique et bien moins spectaculaire encore: cet ensemble de pierres dressées est une nécropole datant des âges du bronze moyen et du fer.

Les pierres alignées, avec des trous ronds à leurs extrémités et les peintures rupestres sont supposées être la preuve des connaissances astrologiques des peuples autochtones du pays. On estime que cet observatoire a 3500 ans de plus que le Stonehenge britannique et 3000 ans de plus que les pyramides égyptiennes.