Rue Abovyan

La rue Abovian, l’artère principale d’Erevan, a été nommée ainsi en 1869 en l’honneur du général gouverneur Astafiev mais les habitants l’ont appelée Astafian, en version arménienne. Comme c’était la première rue planifiée, en disant ’’plan’’ le peuple faisait référence à la rue Astafian. Lorsque les habitants disait ’’la tête du plan’’ (Plani gloukh), ils comprenaient et comprennent jusqu’à maintenant le square Abovian situé en haut de la rue avec le monument de Khatchatour Abovian. Selon l’architecte Alexandre Tamanian qui a dessiné le plan de l’urbanisme de la ville d’Erevan, la fin de la rue et la ville étaient les mêmes. Après, la rue a été nommée en l’honneur du fondateur de la nouvelle littérature et de la pédagogie, du poète et de l’illuminateur Khatchatour Abovian. La rue commence au nord par la place de la République et se termine par une place ronde avec quelques belles maisons anciennes et de nombreuses façades modernes en verre noir et rose.

La rue a 1,5 siècle d’histoire. A la fin du 19e siècle et au 20e siècle la rue était un centre politique, économique, culturel et commercial d’Erevan. Comme un témoin vivant, elle reflète l’histoire d’Erevan. Elle est un mélange harmonieux de l’ancien et du nouveau. Les monuments historiques suivants sont les représentants de la ville ancienne : les églises Poghos-Pétros (5e siècle) et Katoghiké (13e siècle) ont été détruites. Seule l’église Katoghiké a été restaurée et une autre église a été également construite. Actuellement, un nouveau bâtiment est en construction qui va servir de résidence pour le Catholicos. Le nouveau complexe (l’église et la résidence du Catholicos) se trouve au croisement des rues Abovian et Sayat-Nova. Non loin de l’église se trouve la station de métro "Yeritasardakan". A côté, c’est le monument de l’un des poètes éminents de l’Arménie, Avetik Issahakian. En face de l’observatoire d’Erevan se dresse le monument du célèbre astrophysicien Viktor Hambardzumyan. Ici, il y a également une plaque commémorative dédiée aux prisonniers de guerre hongrois martyrisés en Arménie pendant la Seconde Guerre Mondiale et aux soldats arméniens morts en Hongrie. Au coin droit du croisement des rues Abovian et Pouchkine se trouve l’une des plus belles maisons d’Erevan, la maison Khanzadian en face de laquelle est située la charmante maison Melikian. Sur la côté droite de la rue Abovian se trouve la place Charles Aznavour et une fontaine avec les 12 signes du zodiaque sculptés autour. Ici, vous pouvez voir des sculptures modernes faites de déchets inutiles. Vous pouvez jouer aux échecs sur un grand échiquier avec des figures géantes. Sur cette place sont situés également le prestigieux hôtel Golden Tulip et le cinéma Moscou construit dans le style soviétique classique. En face de la place Charles Aznavour se trouve le théâtre d’art dramatique russe K. Stanislavski. Un peu plus au nord, sur la côté gauche de la rue, les œuvres des enfants sont représentées dans une galerie. C’est la galerie d’art pour les enfants. Non loin de la place de la République se trouve la salle de concert du célèbre compositeur arménien Arno Babadjanian où des concerts de la musique arménienne se donnent régulièrement et où vous pouvez vivre des sensations fortes.

En 2013 un monument dédié au célèbre compositeur arménien Djivan Gasparyan et à ses deux amis musiciens a été inauguré dans la rue Abovian. Djivan Gasparyan a créé et a fait connaître au monde le ’’duduk’’, un instrument musical national, ainsi que la musique arménienne. Le ’’duduk’’ (en arménien on l’appelle également mais rarement ’’Tsiranapogh’’ (tuyau d’abricot)) est un instrument à vent à double anche, fait du bois d’abricotier. Il est connu aussi sous le nom ’’flûte arménienne’’. Dans la rue Abovian se trouvent également le Centre républicain de l’enseignement esthétique, la salle philarmonique d’Etat d’Arménie, le comité national olympique d’Arménie, le Ministère des sports et de la jeunesse, le Ministère de l’énergie et des ressources naturelles et le Ministère des Affaires étrangères. Avec ses sites importants, ses nombreux cafés et restaurants, ses boutiques agréables et son atmosphère fascinante, la rue invite à de belles promenades et rencontres. Surtout en été, lorsque les cafés sont ouverts, vous pouvez vous balader sous les sons de la musique jazz rendant ainsi votre voyage à Erevan plus impressif.